Le partenariat « Driving urban transitions to a sustainable future »

Il s’appuie sur les réalisations de la JPI Urban Europe et vise à renforcer les efforts conjoints en faveur du développement urbain durable et le transfert des connaissances et des données.

Le « Driving urban transitions to a sustainable future » est un partenariat co-financé. Ces partenariats impliquent la Commission Européenne et les États membres afin d’élaborer un programme de financement commun. Les bénéficiaires reçoivent ainsi un financement des agences nationales (ANR et ADEME pour la France), via un appel à projet lancé par le partenariat en collaboration avec les états et agences nationales.

Le DUT est donc une initiative transnationale de programmation conjointe de la recherche, du développement technologique et de l’innovation visant à harmoniser les efforts de l’Europe et des États membres afin de créer une masse critique pour les transitions urbaines. Ce nouveau partenariat rassemble 63 partenaires de 27 pays dont la France avec le Ministère de l’Enseignement supérieur et la Recherche (MESR), le Ministère de la Transition Ecologique (MTE), l’ANR, l’Ademe, l’ANRT, le CEREMA, l’ACNT, et l’UGE.

Conditions principales

De nombreux grands défis complexes doivent être relevés dans les villes et par les communautés urbaines. Le partenariat DUT vise à relever ces défis par une approche intégrée afin d’offrir aux décideurs des municipalités, des entreprises et de la société les moyens d’agir et de permettre les transformations urbaines nécessaires.

Le partenariat DUT contribue à la mise en œuvre de l’Agenda 2030 des Nations Unies, du Green Deal, de la Charte de Leipzig et de l’Agenda urbain de l’UE. En s’appuyant sur les activités et expériences existantes des États membres, des municipalités et des communautés de recherche, il se donne pour objectif de façonner un écosystème d’innovation pour les transformations urbaines.

Le partenariat se concentre sur trois secteurs prioritaires (et leurs interrelations) dans le cadre du Green Deal pour une urbanisation durable :

1. Quartiers à énergie positive (PED) – Transformer le système énergétique urbain

2. La ville « quart d’heure » (15’ city) – Repenser le système et l’espace de mobilité urbaine

Le parcours de transition vers la « ville quart d’heure » vise à repenser le système de mobilité existant et la morphologie urbaine afin d’encourager les choix de mobilité durable, de redistribuer l’espace urbain et de réorganiser nos activités quotidiennes de manière à rendre nos villes plus neutres sur le plan climatique, plus vivables et plus inclusives.

Le concept de la « ville quart d’heure » repose sur l’idée que les citadins devraient pouvoir couvrir la grande majorité de leurs besoins quotidiens dans un rayon de 15 minutes, à pied et à vélo, tout en se connectant à d’autres quartiers et en parcourant de plus grandes distances par d’autres formes de transport durable. La mission de 15minC est de faciliter l’analyse, l’élaboration, l’expérimentation et le test d’innovations pour les villes quart d’heure dans des cadres co-créatifs, en les rassemblant dans un portefeuille d’innovations pour la ville quart d’heure de plus de 50 expériences et pratiques, reconnaissant les différents contextes urbains et se concentrant sur la transférabilité.

3. Économies urbaines circulaires – Une approche intégrée pour le verdissement urbain et les transitions de circularité

Nature de l’aide

L’agenda stratégique de recherche et d’innovation (SRIA) constitue la feuille de route prospective et systémique du partenariat. Il précise comment les grands objectifs du partenariat seront traduits en actions de recherche et d’innovation axées sur les résultats, en fixe les grandes orientations budgétaires, et aborde également les interactions avec les autres partenariats européens.

👉 https://www.horizon-europe.gouv.fr/sites/default/files/2022-08/t-l-charger-le-sria-de-la-jpi-urban-europe-6895.pdf 

Le budget s’élève à 430 millions d’euros pour la période 2022-2032, dont 50 millions par an sur les appels de la période 2022-2028.

Au niveau Français, le budget sera de 4,5 millions d’euros par an pour les acteurs français, dont 3 millions par an accordés par l’ANR et 1,5 million acordés par l’ADEME.

 

En savoir plus

Financeur